Les français d’ici : Les francophones minoritaires instrumentalisés

Francopresse. Le discours politique de certains Québécois souverainistes ferait des communautés en situation minoritaires les mauvais élèves de la francophonie afin de nourrir leur discours, indiquent des chercheurs en linguistique.

Ce sont des chercheurs en linguistique qui le disent. Le discours politique de certains Québécois souverainistes ferait des communautés en situation minoritaires les mauvais élèves de la francophonie.

 
Lucas Pilleri (Francopresse)

 

Francopresse. Le discours politique de certains Québécois souverainistes ferait des communautés en situation minoritaires les mauvais élèves de la francophonie afin de nourrir leur discours, indiquent des chercheurs en linguistique.
Un colloque sur Les français d,Ici a été organisé en 2016 à l’Université de Saint-Boniface. Photo : archives de l’Université de Saint-Boniface, Fonds Godias-Brunet, 1930

«On utilise les minorités francophones hors Québec pour servir un certain discours nationaliste, en les faisant figurer comme des épouvantails pour montrer comment elles sont assimilées et dire “Voilà ce qui nous attend si on n’a pas notre autonomie au Québec”», résume Sandrine Hallion, professeure à l’Université Saint-Boniface.

Avec Les français d’ici, paru au printemps 2019 aux Presses de l’Université Laval dans la collection Voies du français, la codirectrice de publication veut faire la lumière sur ces mécanismes qui touchent les communautés franco-canadiennes. Une entreprise nécessaire selon elle pour «mieux réagir face aux aspects qui viendraient les amoindrir ou les rendre vulnérables».

L’ouvrage consiste en une sélection de neuf textes de chercheurs s’intéressant aux variétés de français en Amérique du Nord. Le premier d’entre eux, intitulé Les «mauvais exemples» de la francophonie nord-américaine, revient sur l’instrumentalisation dont font l’objet les communautés minoritaires comme l’Acadie, la Louisiane et l’Ouest canadien.

 

Les minorités comme repoussoirs

En passant au crible des billets d’humeur sur des blogues d’opinion et des articles de presse publiés entre 1989 et 2015 dans la presse francophone, principalement québécoise, la linguiste et coautrice de l’article Émilie Urbain analyse les arguments de ce discours manipulateur : «Très souvent, l’une des raisons de tenir ce discours est d’essayer de réveiller la population. On évoque le bilinguisme qu’on conçoit comme une étape vers l’assimilation.»

Car le mélange des langues fait peur. «Cette idée que si on ne garde pas les langues séparées, si on se permet de faire des mélanges, ce serait une marque de l’assimilation imminente. Le mélange des langues est pour eux la preuve qu’on va passer à l’anglais dans un futur proche», analyse la professeure de linguistique à l’Université Carleton, à Ottawa.

 

Francopresse. Le discours politique de certains Québécois souverainistes ferait des communautés en situation minoritaires les mauvais élèves de la francophonie afin de nourrir leur discours, indiquent des chercheurs en linguistique.
Les français d’ici est paru en mai chez les Presses de l’Université Laval. Photo : avec l’autorisation des Presses de l’Université Laval

Un discours récurrent

Les référendums de 1980 et 1995 ont été des facteurs déclencheurs de cette instrumentalisation selon la chercheuse. «On avait vu toute une polémique émerger, cette idée que s’il n’y avait pas le vote pour la souveraineté, ils se retrouveraient dans la situation du Nouveau-Brunswick où le français et l’anglais sont mélangés et où finalement plus personne n’est francophone.»

Autre occasion d’ériger les communautés en contremodèles : le recensement de 2011 qui indiquait une anglicisation de l’ile de Montréal. «Rebelote, on avait eu toute une série d’articles où on évoquait le risque d’acadianisation, voire de louisianisation.»

Ces termes, désignant autrefois l’origine géographique, sont devenus péjoratifs, désormais synonymes d’assimilation. «Ces mots renvoient à tout un imaginaire : avoir les mêmes comportements linguistiques que les Acadiens ou les Louisianais, c’est-à-dire mal parler, utiliser des anglicismes. Souvent, on fait l’amalgame», perçoit Émilie Urbain.

La chercheuse note que ces attaques sont souvent l’œuvre des mêmes plumes. «Ce sont les mêmes scripteurs, ou discoureurs, qui reviennent. C’est très cyclique. Ça revient chaque fois que c’est nécessaire de remotiver les troupes au Québec.» L’intervention médiatique de Denise Bombardier en octobre 2018 constitue sans doute l’un des meilleurs exemples récents.

 

Une vieille tradition

Émilie Urbain observe déjà cette instrumentalisation au 19e siècle avec la Louisiane. «L’idée de rapprocher, comparer les communautés pour inciter les interlocuteurs à faire quelque chose est assez ancienne.»

Et ses effets sont palpables sur plusieurs générations. «Les représentations très stigmatisantes et négatives du français canadien ont eu historiquement un impact sur l’insécurité linguistique.» Ces stigmates ont été largement documentés, notamment par Chantal Bouchard de l’Université McGill ou le spécialiste belge Michel Francard.

Finalement, «ces chroniqueurs et discoureurs ne font rien de nouveau : dire à des francophones minoritaires du Canada qu’ils parlent mal, c’est quelque chose qui se fait depuis le 19e siècle», ironise la professeure. La différence, c’est qu’à l’ère des réseaux sociaux les francophones peuvent maintenant réagir.

 

Je suis tanné!

Certains Franco-Canadiens en ont marre de se voir instrumentalisés et le clament haut et fort.

Extrait d’un billet d’humeur signé Marc Prescott, dramaturge franco-manitobain, écrit en 2012 :

Je suis tanné qu’on me parle d’assimilation.

Je suis tanné qu’on parle de l’assimilation dans les médias québécois. Le but de ces reportages n’est pas d’informer, c’est de faire peur.

Je suis tanné d’être la personnification des peurs des Québécois face à la fin possible, plausible, probable, éventuelle, inévitable et certaine du fait français en Amérique.

Je suis tanné de dire aux Québécois qu’il y a des francophones au Manitoba.

Je suis tanné de leur faire comprendre aussi que mes parents ne sont pas nés au Québec. Je suis tanné d’expliquer que nous y sommes depuis des générations et que nous n’avons ni le gout ni le besoin de déménager au Québec pour vivre en français.