Nouveau-Brunswick : Les plaques d’immatriculation avant ne seront plus obligatoires dès le 15 juillet

Acadie Nouvelle, NB. Les jours sont comptés pour les plaques d’immatriculation à l’avant de la majorité des véhicules au Nouveau-Brunswick. Le gouvernement a annoncé que ces plaques ne seront plus obligatoires dès le 15 juillet.

Les jours sont comptés pour les plaques d’immatriculation à l’avant de la majorité des véhicules au Nouveau-Brunswick. Le gouvernement provincial a annoncé le 18 juin que ces plaques ne seront plus obligatoires à partir de 15 juillet.

 

Mathieu Roy-Comeau (Acadie Nouvelle)

 

Acadie Nouvelle, NB. Les jours sont comptés pour les plaques d’immatriculation à l’avant de la majorité des véhicules au Nouveau-Brunswick. Le gouvernement a annoncé que ces plaques ne seront plus obligatoires dès le 15 juillet.
Le ministre de la Sécurité publique, Carl Urquhart. Photo : Mathieu Roy-Comeau, avec l’autorisation du journal Acadie Nouvelle

«Le gouvernement s’est engagé à éliminer les plaques d’immatriculation à l’avant des véhicules et nous respectons cette promesse», a déclaré le ministre de la Sécurité publique, Carl Urquhart.

À partir de cette date, les voitures, les minifourgonnettes, les véhicules utilitaires sport et les camions de moins de 4500 kg n’auront plus qu’à posséder une seule plaque à l’arrière.

Les camions gros porteurs, les autobus, les camions à incendie et les camions à benne basculante continueront quant à eux à arborer une plaque à l’avant et une plaque à l’arrière.

Cette mesure était une promesse électorale du Parti progressiste-conservateur. Elle ne permettra toutefois ni au gouvernement ni aux automobilistes d’économiser de l’argent, a précisé le ministre Urquhart.

«J’ai été très clair dès le début, ce n’a jamais été une mesure de réduction des couts. C’est ce que les gens voulaient. La plupart des véhicules ne sont plus conçus pour les plaques d’immatriculation avant. C’est difficile de les installer.»

Ailleurs au pays, seuls la Colombie-Britannique, le Manitoba et l’Ontario continueront d’exiger une plaque d’immatriculation à l’avant de tous les véhicules après le 15 juillet.

La décision du gouvernement progressiste-conservateur ne fait toutefois pas l’affaire de tous au Nouveau-Brunswick.

Les policiers et les chauffeurs d’autobus scolaire appréhendent notamment d’avoir plus de difficulté à identifier les véhicules des automobilistes fautifs.

 

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Acadie Nouvelle