Les cosmétiques naturels Portia Ella : Une PDG hors des sentiers battus

La Liberté, Man. Julie Michaud, présidente-directrice générale de Portia Ella, est une entrepreneuse née. Son commerce, qui a pignon sur rue à Winnipeg, a trouvé sa niche de marché : les cosmétiques naturels et éthiques.

Julie Michaud, présidente-directrice générale de Portia Ella, est une entrepreneuse née. Son commerce, établi à Winnipeg depuis deux ans, a trouvé sa niche de marché. En 2018, son chiffre d’affaires atteignait un million de dollars.

 

Ophélie Doireau (La Liberté)

 

La Liberté, Man. Julie Michaud, présidente-directrice générale de Portia Ella, est une entrepreneuse née. Son commerce, qui a pignon sur rue à Winnipeg, a trouvé sa niche de marché : les cosmétiques naturels et éthiques.
De gauche à droite : Julie Michaud, PDG de Portia Ella, et les mannequins Amanda Williams, Denise Zaporzan et Jackie Asava-Anderson. Photo : Ophélie Doireau, avec l’autorisation du journal La Liberté

Tout a commencé dans un marché fermier. Julie Michaud faisait ses épiceries. Elle raconte : «On m’a proposé un rouge à lèvres. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai refusé. En rentrant, je me suis quand même interrogée sur le pourquoi. En fait, acheter un rouge à lèvres entre les pommes de terre et les carottes, ça ne me faisait pas me sentir belle.»

Il y a six ans, il n’existait pas de marques de cosmétiques naturels au Canada. Julie Michaud a donc décidé de créer sa propre boutique, qui propose une large gamme de produits naturels.

En 2015, c’est d’abord sous la forme d’un site web qu’elle a cherché à développer son offre. Face à la demande grandissante, elle a décidé d’ouvrir une boutique où les femmes pouvaient vivre une expérience esthétique. C’est ainsi qu’est née Portia Ella, en mai 2017. Portia signifie une offre en latin et Ella représente la féminité.

Outre son intérêt pour la dimension esthétique, Julie Michaud possède un fort engagement écologique. Elle explique : «Dans toutes mes anciennes entreprises, j’ai toujours travaillé de manière écologique et engagée. J’ai travaillé dans une imprimerie où nous avions investi dans une technologie capable de réduire notre empreinte écologique.»

 

En plein centre du Canada

Julie Michaud est d’origine québécoise. Installée à Kelowna, elle cherchait un lieu propice pour implanter sa boutique. Après quelques recherches, elle a choisi de l’installer à Winnipeg, où aucune boutique ne proposait le service qu’offre Portia Ella. Ainsi, une vraie opportunité s’offrait à la femme d’affaires. Elle ajoute : «C’était un véritable défi pour moi. Tout était à construire, personne ne connaissait les produits que je proposais. Alors certes, j’avais une opportunité parce que personne n’était sur ce marché, mais tout était à construire. Un autre défi en soi.» Winnipeg étant au centre du Canada, la ville s’intégrait parfaitement dans sa stratégie pour le développement de l’entreprise Portia Ella.

Dans la boutique de Julie Michaud, une large gamme de produits est proposée : des soins pour la peau en passant par les soins du corps et le maquillage.

 

Biologiques ou éthiques?

L’entrepreneuse aime parler de produits éthiques plus que de produits naturels. Elle insiste : «Plein de produits sont naturels. Mais comment sont-ils récupérés? Par exemple, le mica est présent dans beaucoup de produits de cosmétiques. Il est naturel. Mais pour le récupérer, il faut des enfants dans des mines pour l’extraire.»

Elle tient donc à choisir des produits éthiquement responsables. La notion d’éthique sous- tend tous les aspects du produit. Julie Michaud s’assure que tous ses produits proposés soient naturels sans source animale, que la production respecte l’environnement et que les produits proviennent du commerce équitable. Enfin, elle souhaite des produits avec un emballage recyclable.

Quelques-uns de ses produits possèdent la certification européenne éco COSMOS, qui grandit en popularité au Canada parce que les critères sont vraiment stricts. En outre, Portia Ella a mis en place des partenariats afin de pouvoir recycler les emballages de produits cosmétiques.

Julie Michaud pousse le développement de son entreprise encore plus loin. Dès la fin juin, la clientèle pourra amener ses réceptacles et les remplir de crèmes et soins pour le corps.

 

Au-delà du produit

Les campagnes publicitaires de Portia Ella ont toujours une cible précise, avec un message. La femme d’affaires indique : «Dans notre campagne de 2018, ce n’étaient pas des mannequins sur les affiches, c’étaient nos employées. Je voulais qu’elles se sentent plus proches des produits qu’elles vendent et qu’elles sachent ce qu’elles vendent.»

Début juin 2019, une nouvelle campagne publicitaire est sortie, loin de l’orthodoxie. Les mannequins sont en dehors des classiques canons de beauté. Elles sont toutes âgées de plus de 40 ans. Julie Michaud dévoile l’incohérence à laquelle elle avait cédé : «Je réfléchissais à ma prochaine campagne en regardant mes anciennes, et je me suis dit : Oula! il y a quelque chose qui ne va pas là. Je n’avais aucun mannequin au-dessus de la vingtaine, alors que ma clientèle n’est pas toute dans la vingtaine.» De plus, cette campagne l’implique aussi, puisqu’elle confie : «J’arrive moi-même dans ma quarantaine. C’est un peu un tournant. Est-ce que je veux ressembler à une fille de 20 ans toute ma vie? Ou bien est-ce que j’accepte l’évolution de ma beauté avec mon âge?».

Pour cette campagne encore, Julie Michaud a fait preuve d’ingéniosité. Une des mannequins est une cliente du magasin, les autres ont été recrutées via Instagram sur des critères assez précis. «Je voulais des femmes qui s’assument et qui viennent de milieux différents.»

L’entrepreneuse est sure de son approche : «Je veux briser les préconceptions à propos du vieillissement et exposer de nouvelles femmes dans les médias.»

Dans son plan de développement, Julie Michaud avait prévu, à court et moyen terme, d’ouvrir d’autres boutiques. D’ailleurs, dans les prochains mois, deux autres boutiques seront disponibles, une à Kelowna et une à Edmonton. Elle ambitionne également de développer le côté francophone sur son site web.