Rapport annuel de Financement agricole : Canada Augmentation modérée de la valeur des terres agricoles

Agricom, On. Au Canada, la valeur moyenne des terres agricoles a augmenté de 6,6 % en 2018, une augmentation modérée comparativement à celles de 2016 et 2017. L’Ontario écope, selon le rapport Valeur des terres agricoles 2018.

Au Canada, la valeur moyenne des terres agricoles a augmenté de 6,6 % en 2018. En 2017, elle avait plutôt progressé de 8,4 % et en 2016 de 7,9 %. L’Ontario écope. C’est ce que révèle la 34e édition du rapport Valeur des terres agricoles 2018 de Financement agricole Canada, publiée le 29 avril dernier.

 

Roxanne Lormand (Agricom)

 

Agricom, On. Au Canada, la valeur moyenne des terres agricoles a augmenté de 6,6 % en 2018, une augmentation modérée comparativement à celles de 2016 et 2017. L’Ontario écope, selon le rapport Valeur des terres agricoles 2018.
Photo terres : Roxanne Lormand, avec l’autorisation d’Agricom

En Ontario, la valeur moyenne des terres agricoles a augmenté de 3,6 % en 2018. Il s’agit de la plus faible augmentation des dernières années, après avoir progressé de 9,4 % en 2017, de 4,4 % en 2016 et 6,6 % en 2015. Également, la province est loin de la hausse historique de 2012 avec 30,1%.

Selon le rapport, la région du nord-ouest de l’Ontario a connu la hausse la plus marquée de la valeur moyenne des terres, soit 7,6 %, suivie par les régions du Sud-Est et du Centre-Sud, qui ont des hausses respectives de 6,7 % et de 6,2 %.

On peut attribuer les augmentations dans ces trois régions aux pressions à la hausse exercées par les grandes exploitations d’élevage intensif et les acheteurs en milieu urbain et plus particulièrement, au déséquilibre entre la forte demande et l’offre limitée de terres.

On sait que moins de transactions ont été enregistrées et observées en 2018 comparativement à 2017, bien que les données compilées ne sont pas précises. Il y a définitivement une offre limitée de terres et une compétition existe entre les acheteurs. Selon Jean-Philippe Gervais, vice-président et économiste agricole en chef à Financement agricole Canada, c’est cette perspective qui en est la cause. L’économiste dit que cette tendance devrait être encore visible pour 2019.

Soulignons toutefois que les régions du nord et de l’est de la province n’ont connu aucun changement en ce qui concerne les valeurs enregistrées.

 

Lire l’article dans son intégralité dans le site du journal Agricom