Rencontre des Haché-Gallant au CMA 2019 : Les organisateurs pressent les intéressés de s’inscrire d’avance

La Voix acadienne, IPÉ. Chaque fois qu’il visite le site du Congrès mondial acadien et qu’il voit le décompte de jours avant l’événement, Tilmon Gallant est préoccupé : les gens tardent à s’inscrire à la grande rencontre Haché-Gallant.

«Chaque fois que j’ouvre le site web du Congrès mondial acadien et que je vois le nombre de jours avant l’événement diminuer, ça me préoccupe, je trouve que les inscriptions à notre grande rencontre tardent à entrer», dit Tilmon Gallant.

 

Jacinthe Laforest (La Voix acadienne)
La Voix acadienne, IPÉ. Chaque fois qu’il visite le site du Congrès mondial acadien et qu’il voit le décompte de jours avant l’événement, Tilmon Gallant est préoccupé : les gens tardent à s’inscrire à la grande rencontre Haché-Gallant.
Tilmon Gallant est le président du comité organisateur de la rencontre des familles Haché et Gallant qui aura lieu les 17 et 18 août au Lieu historique national Skmaqn–Port-la-Joye–Fort-Amherst. Il presse les Gallant et Haché de s’inscrire rapidement et lance aussi un appel aux personnes qui pourraient être bénévoles pendant la rencontre. Photo : Jacinthe Laforest, avec l’autorisation de La Voix acadienne

Président du comité organisateur de cette grande rencontre des Haché-Gallant qui aura lieu les 17 et 18 août prochain au Lieu historique national Skmaqn–Port-la-Joye–Fort-Amherst, Tilmon Gallant sait bien que les gens ont tendance à s’inscrire à la dernière minute. «Nous allons avoir des kiosques d’inscription sur le site à l’arrivée pour les inscriptions de dernière minute, mais ça nous rendrait un grand service, à nous les organisateurs, si les gens pouvaient s’inscrire le plus rapidement possible», invite Tilmon Gallant.

Tilmon Gallant croit comprendre pourquoi les inscriptions tardent à entrer : peu de gens de l’Île ont véritablement vécu l’effervescence d’un CMA et d’une rencontre de famille. «Très peu de Gallant de l’Île ont participé aux fêtes des Gallant dans les CMA précédents. Ces réunions étaient organisées au Nouveau-Brunswick, surtout en français, alors que la réalité des Gallant de l’Île est toute autre. Notre rencontre sera bilingue pour n’exclure personne et malgré cela, nous devons travailler fort pour créer un réel engouement», soutient Tilmon Gallant.

 

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal La Voix acadienne