Les Haut-Parleurs Les élèves s’expriment à voix haute

En branle depuis deux ans, le projet Les Haut-Parleurs du théâtre de la Vieille 17 vise à encourager la lecture à voix haute chez les élèves des écoles en région éloignée ou rurale. Le Droit a rencontré l’une des animatrices lors de son passage à l’école élémentaire publique Rose des Vents, à Cornwall.

 

Émilie Pelletier (Le Droit)

 

Devant la classe de première année, Chloé Tremblay apprend aux élèves à exprimer oralement les onomatopées, ces mots qui traduisent des sons. « On apprend entre autres le souffle, le rythme, on fait de la gestuelle, des sons et des actions pour compléter la lecture », note la comédienne et marionnettiste.

C’est l’un des moyens qu’elle utilise pour faire apprécier la lecture à voix haute à ces élèves issus de milieux qui sont souvent majoritairement anglophones. « Il y a beaucoup d’activités et j’aime beaucoup », affirme Hajar Bouabid, élève de première année qui a assisté à l’atelier de Mme Tremblay.

« Ma partie préférée est celle où on pratique nos gestes. Mon préféré est le mot “plouf” », déclare la fillette.

L’engouement de Hajar pour cet atelier est l’une des raisons qui ont poussé le Théâtre La Vieille 17 à offrir cette activité. Le projet Haut-Parleurs a pour objectif d’initier les élèves de la 1èe à la 12e année de la province aux plaisirs de la lecture à voix haute, « et de leur faire découvrir un texte littéraire par diverses techniques théâtrales ». Les ateliers sont tous animés par des comédiens professionnels franco-ontariens, et les textes lus sont composés spécifiquement pour ce projet, par des auteurs franco-ontariens.

 

Lire l’article dans son intégralité sur le site du journal Le Droit.